Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/01/2017

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire

2014_decrochage_visuels_web_720x400_369121.jpg

La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité Nationale pour laquelle des objectifs ambitieux ont été fixés. Le Premier Ministre Manuel Valls et la Ministre de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, ont présenté les mesures du plan de lutte contre le décrochage scolaire vendredi 21 novembre 2016, autour de trois axes : la mobilisation de tous, le choix de la prévention, une nouvelle chance pour se qualifier.

LA SITUATION ACTUELLE

140 000
jeunes quittent chaque année le système éducatif sans diplôme équivalent au baccalauréat ou à finalité professionnelle
620 000
jeunes âgés de 18 à 24 ans sans diplôme du second cycle restent durablement en dehors de tout dispositif de formation


230 000 €
Coût évalué pour la France d'un élève ayant décroché tout au long de sa vie soit près de 30 milliards de dette contractée chaque année
   

DES MOYENS FINANCIERS RENFORCÉS

50 millions d'euros
supplémentaires mobilisés chaque année à partir de 2015

LES MESURES

Tous mobilisés contre le décrochage scolaire


Un numéro unique d'assistance et d'information permettra aux jeunes en situation de décrochage ou ayant décroché, ainsi qu'à leurs parents, d'échanger avec un conseiller pour obtenir une information immédiate et fiable sur les solutions alternatives de formation et d'accompagnement qui s'offrent à eux.

Les parents seront davantage associés à la vie de l'école et au parcours de leurs enfants. Des dispositifs et pratiques contribuant à impliquer les parents seront renforcés et généralisés, en particulier aux moments clés de l'orientation.

Une Semaine de la persévérance scolaire sera organisée chaque année au sein de toutes les académies afin de valoriser l'action quotidienne de tous les acteurs dans la lutte contre le décrochage scolaire.

Faire le choix de la prévention


Les premiers signes de décrochage doivent être décelés le plus tôt possible par des enseignants sensibilisés, formés et outillés en conséquence. Des parcours de formation initiale et continue consacrés à la prévention du décrochage et dédiés aux enseignants seront mis en place, ainsi qu'un tutorat élève-adulte.

Les usages du numérique seront diffusés par le développement de contenus de cours vidéo en ligne et d'applications pour faciliter l'accès des jeunes aux savoirs fondamentaux et faire évoluer les pratiques.

Pour apporter une réponse personnalisée aux différentes difficultés rencontrées, les jeunes en situation de décrochage seront pris en charge par des alliances éducatives avec des partenaires externes.

Une nouvelle chance pour se qualifier


Afin de concrétiser le droit au retour en formation, un abondement des heures de formation disponibles dans leur compte personnel de formation leur sera proposé lors de leur prise en charge par un référent d'une plate-forme de suivi et d'appui aux décrocheurs (PSAD).

Une plus grande flexibilité des formations sera expérimentée, avec une prise en compte des acquis du passé en cas de redoublement et la possibilité de valider de façon modulaire et progressive les diplômes de CAP et baccalauréat professionnel.

Un parcours aménagé de « stagiaire de la formation initiale » sera mis en place pour les 15-18 ans risquant de sortir sans diplôme ou sans qualification d'un établissement du second degré. Le jeune conservera le statut scolaire et bénéficiera d'un accompagnement personnalisé.

Les pratiques de remédiation innovantes seront encouragées et structurées au niveau national, avec la mise en place d'au moins une structure de raccrochage innovante dans chaque académie.

L'APPLICATION DU PLAN


Une gouvernance dédiée au décrochage, couvrant les champs de la prévention, l'intervention et la remédiation

Des outils plus performants, notamment avec l'extension du Système interministériel d'échange d'informations

Une politique de ressources humaines adaptée

Une évaluation plus systématique des dispositifs et expérimentations

DES INITIATIVES ORIGINALES

Découvrez quelques initiatives académiques de lutte contre le décrochage scolaire particulièrement innovantes. Ces projets soutenus par la Fondation de France impliquent l'élève, les enseignants et tous ceux qui peuvent amener l'enfant sur le chemin de la réussite :

 

 

 

"La confiance c'est la base et puis voilà", film réalisé par Claude Mouriéirias, pour la Fondation de France dans le cadre de son programme "Aidons tous les collégiens à réussir". Le film a été diffusé lors du colloque Aider tous les collégiens à réussir ? Pratiques et controverses organisé avec la Fondation de France à la Cité internationale universitaire de Paris, vendredi 14 novembre 2014 et ouvert par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale.

05/12/2016

Retour sur l'Intervention de l'Equipe Mobile Académique de Sécurité

téléchargement (3).jpg

Comme nous l'avions évoqué précédemment, une intervention de l'EMAS a donc eu lieu au sein de l'Ecole Elémentaire Victor Hugo au cours de ce premier trimestre 2016/2017.

Cette intervention a été menée par Mme Annie Vitrolles, un gendarme en retraite et un policier en retraite auprès des CM2 mais également de l'équipe Pédagogique.

Nous vous invitons à prendre connaissance du Compte-Rendu qui nous a été remis :

Animation EMAS.pdf

Il est à noter que des outils pédagogiques ont été laissés aux Enseignants afin de travailler ce point avec l'ensemble des élèves de l'école.

18/11/2016

INTERNET : 10 CONSEILS CLÉS POUR ACCOMPAGNER VOTRE ENFANT

 téléchargement.jpg

VEILLEZ À CE QUE VOTRE ENFANT UTILISE SON ÉQUIPEMENT DANS UNE PIÈCE COMMUNE PLUTÔT QUE DANS SA CHAMBRE

Cela vous permet de garder un œil sur ce qu’il fait et de favoriser le dialogue. Le soir, il est préférable de ranger la tablette ou le téléphone mobile loin de la chambre pour éviter que votre enfant s’endorme avec.

DISCUTEZ ET ÉCHANGEZ AVEC VOTRE ENFANT

Le dialogue est essentiel pour sensibiliser efficacement votre enfant aux risques liés à un mauvais usage d’Internet et lui faire prendre de bonnes habitudes dès le départ. Incitez-le à partager avec vous ses expériences sur le Net, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. En instaurant un climat de dialogue, il sera plus à l’aise pour en parler.

FIXEZ LE TEMPS GLOBAL PASSÉ DEVANT LES ÉCRANS

Tablette, télé, console de jeux, smartphone, ordinateur… Des règles doivent être mises en place très tôt et il est indispensable de toujours s’y tenir. Bien sûr ces règles évolueront avec le temps en fonction de son âge.

RÉSEAUX SOCIAUX : SOYEZ ATTENTIFS AUX RÈGLES D’ÂGE POUR L’INSCRIPTION

Les réseaux sociaux ne sont autorisés qu’à partir de 13 ans. Ils occupent une place grandissante dans la vie des jeunes mais il faut éviter que cela prenne le dessus sur le reste.

PENSEZ À CRÉER UNE SESSION UTILISATEUR POUR CHAQUE MEMBRE DE LA FAMILLE SUR VOTRE ORDINATEUR

Dans la mesure où ce que l’on fait sur son ordinateur est consultable dans l’historique de navigation, et que toute navigation influence directement les publicités, sollicitations et résultats de requêtes, il est essentiel que chacun ait son propre espace.

INSTALLEZ UN LOGICIEL DE CONTRÔLE PARENTAL

Cela permet d’éviter que votre enfant soit exposé à des contenus choquants et de contrôler ses temps de connexion. C’est simple à installer et généralement ce logiciel est offert gratuitement par votre fournisseur d’accès à Internet. Mais n’oubliez pas que ces outils ne peuvent en aucun cas « remplacer » votre vigilance.

SI MALGRÉ TOUT VOTRE ENFANT EST EXPOSÉ À DES CONTENUS INAPPROPRIÉS, DEMANDEZ-LUI DE VOUS EN PARLER SYSTÉMATIQUEMENT

Signalez tout site qui vous paraîtrait illégal à www.internet-signalement.gouv.fr

PROPOSEZ À VOTRE ENFANT DES OUTILS ET CONTENUS ADAPTÉS À SON ÂGE

Par exemple, pour les moteurs de recherche, pensez à qwant junior (de 6 à 13 ans) pour l’accès à des contenus plus appropriés pour votre enfant.

APPRENEZ À VOTRE ENFANT DES RÈGLES SIMPLES

Ne jamais communiquer d’informations personnelles (nom, adresse, téléphone, âge, photo…) sur Internet, faire attention à ce qu’il publie et montre de lui et des autres car leur diffusion est incontrôlable, et nécessite l’accord des intéressés.

CYBERHARCÈLEMENT : 3020, UN NUMÉRO VERT POUR LES FAMILLES.

Il est important d’aborder ce sujet avec votre enfant et de l’encourager à vous en parler si cela devait arriver.
Pour lutter contre toute forme de harcèlement, le ministère de l’Éducation nationale a mis en place une plateforme téléphonique, accessible aux enfants – victimes ou témoins –, parents et professionnels : le numéro vert 3020 « Non au harcèlement », ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 18 h (sauf les jours fériés) pour accompagner et conseiller les familles.

Pour aller plus loin, consultez le site : www.internetsanscrainte.fr

Source : ecolenumerique.education.gouv.fr